Le libéralisme face aux révolutions des pays arabes

Crédit photo: http://www.aljaml.com Crédit photo: http://www.aljaml.com

Une révolution est une rupture avec le passé. Elle marque la fin d’un ordre politique autoritaire et la volonté de construire un nouvel ordre politique démocratique fondé sur des principes libéraux.

Les révolutions arabes ont donné l’espoir aux arabes et au monde entier de voir cette région rompre avec un passé autoritaire et épouser les valeurs et principes libéraux de liberté, de droits de l’homme, d’Etat de droit et de démocratie.

Mais avant d’aller plus loin, on doit définir le libéralisme !

Le libéralisme est une doctrine philosophique et politique qui est basée sur la liberté comme le plus important principe politique ce qui se traduit par la limitation du pouvoir du souverain dans l’Etat. La liberté individuelle est sacrée. Elle est le fondement du contrat social.

Le libéralisme considère que chaque être humain possède des droits fondamentaux et que le pouvoir, le gouvernant ou le souverain n’a pas le droit de les violer. Il en découle la liberté individuelle, la liberté d’expression et toutes les libertés publiques et droits de l’homme qu’on appelle droits de la première génération (droits civils et politiques) : ces droits sont inspirés par l’idéologie libérale (le maitre mot ici c’est la liberté alors que pour les droits de la deuxième génération, droits économiques, sociaux et culturels, qui sont inspirés par l’idéologie socialiste-marxiste le maitre mot est Egalité)

On peut signaler au passage que de même que le libéralisme politique prône la liberté individuelle, le libéralisme économique prône l’initiative privée : dans ce sens l’économie du marché et le capitalisme sont l’expression économique du libéralisme.

Dans ce papier, ce qui retiendra notre attention c’est le libéralisme politique. Car ce dernier vise principalement à limiter l’abus de pouvoirs et à conduire à l’établissement de garanties aux individus contre l’arbitraire.

Le libéralisme politique est lié à la démocratie et à l’Etat de droit : ces deux concepts renvoient à la limitation du pouvoir pour qu’il n’empiète pas sur les droits individuels : donc au respect des droits de l’homme.

A cet égard, l’étude des révolutions arabes est intéressante à plus d’un titre. D’abord, elle permet de revenir sur ces évènements qui ont éclaté en Tunisie fin 2010 et début 2011 et qui, par un effet domino, ont atteint de nombreux autres pays dans la région et ailleurs. Cela nous permet de voir comment des revendications de liberté et de dignité peuvent inspirer plusieurs peuples et créer une dynamique politique et sociale à l’échelle régionale et même mondiale.

Ensuite, les révolutions arabes sont d’une extrême importance pour le regard que les arabes ont sur eux-mêmes et sur la possibilité de régimes libéraux dans la région. Pourquoi ? Car, pendant longtemps, et à cause de la longévité des régimes autoritaires arabes, certains ont cru que l’autoritarisme et la dictature sont une fatalité dans le monde arabe dont on ne peut pas se débarrasser : on est arrivé à croire que l’autoritarisme et le refus de la démocratie, de la liberté et des droits de l’homme font partie de la conscience politique arabe : C’est ce qu’on peut appeler une approche « essentialiste » : ceci veut dire que la dictature fait partie de l’essence de la personnalité arabe : c’est un trait permanent dont on ne peut pas se débarrasser (selon ceux qui défendent cette théorie bien sûr).

Or, justement, les révolutions arabes sont venues montrer que cette approche essentialiste est fausse: le phénomène autoritaire dans le monde arabe s’explique par des considérations historiques, politiques, culturelles et idéologiques donc par un contexte socio-politique déterminé : il suffit d’agir sur ce contexte pour changer la réalité des sociétés arabes et pour changer la nature des régimes politiques : donc la démocratie et le libéralisme deviennent possibles.

Avec les révolutions, beaucoup ont cru que les pays arabes ont rompu définitivement avec l’autoritarisme pour embrasser le libéralisme et la démocratie.

C’est dans ce cadre que se pose la question du rapport entre les révolutions arabes et le libéralisme : Quel a été, donc, le rapport entre le libéralisme et les révolutions arabes ?

Ce rapport peut être étudié de deux points de vue : Est-ce que les révolutions arabes ont été inspirées par le libéralisme, les idées libérales ?(I) et est ce que les révolutions arabes, du moins celles qui ont abouti, ont fini par consacrer les principes du libéralisme (démocratie, Etat de droit, libertés individuelles) ? (II)

 

I- Les révolutions arabes et l’inspiration libérale (Dans quelle mesure le libéralisme a inspiré les révolutions arabes ?)

Le libéralisme politique a gagné du terrain dans le monde entier depuis la chute du mur de Berlin (1989) et la dislocation de l’empire soviétique qui s’est traduite par un recul historique de l’idéologie marxiste. Les principes de libertés individuelles, de droits de l’homme, de démocratie et d’Etat de droit sont devenus des standards qui s’imposent politiquement (si ce n’est juridiquement) à tous les Etats. C’est dans ce contexte que les révolutions arabes sont intervenues. Mais si nombre des slogans des révolutions arabes renvoient ou sont l’expression d’idées libérales (1) il est difficile de dire qu’il y avait un courant de pensée, un parti politique se réclamant du libéralisme et qui a conduit ces révolutions, qui au contraire étaient essentiellement spontanées (2)

1- Les slogans libéraux des révolutions arabes 

Les peuples arabes se sont soulevés contre les régimes autoritaires pour y mettre fin et ouvrir une nouvelle ère de démocratie et de respect des libertés. Partout dans la région, on a vu les foules de manifestants scander des slogans d’inspiration ou à référence libérale directe et ce même dans le pays qui n’a pas connu une véritable révolution mais un changement dans la continuité : à savoir le Maroc. Les slogans d’inspiration libérale étaient donc un élément commun entre les différentes révolutions arabes.

Ainsi, en Tunisie, au Maroc, en Libye ou en Syrie l’une des principales raisons des révolutions à côté de l’injustice sociale et du chômage était la nature autoritaire des régimes en place. Les manifestants en Tunisie ou au Maroc voyaient le lien étroit qui existait entre la dictature et l’absence de libertés et la pauvreté, la marginalisation et l’inégalité sociale. Un des plus fameux slogans disait en substance « Nous sommes prêts à vivre de pain et d’eau mais on n’acceptera plus Ben Ali » (khobz w mé w ben ali lé) : Cela prouve qu’au-delà de la question sociale et économique, le peule réclamait la dignité et la liberté : les libertés individuelles, les libertés collectives, la liberté d’expression; autrement dit, le peuple voulait poser des limites au pouvoir quasi-absolu du régime : le peuple voulait la démocratie, le respect de ses droits fondamentaux et l’instauration d’un Etat de droit où gouvernés et gouvernants sont soumis à la constitution et au droit en général.

Les mêmes slogans de nature libérale ont pu être observés au Maroc, en Egypte, en Syrie, au Yémen et en Libye : l’exemple de ce dernier pays est très révélateur dans la mesure où la rente pétrolière permettait un niveau de vie assez élevé, pourtant cela n’a pas empêché le peuple de se soulever contre le régime de Kadhafi : C’est la preuve que les gens dans la région avaient surtout faim et soif de liberté ! (Même si certains pensent que la révolution libyenne avait plus des motivations tribales que véritablement démocratiques).

Ces slogans d’inspiration libérale vont jouer un rôle important dans la réussite de la révolution tunisienne et dans la mobilisation internationale en faveur des autres révolutions puisqu’elles ont été conçues comme des révolutions qui vont écarter des régimes autoritaires et ouvrir la voie devant des régimes démocratiques, respectueux des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Mais le libéralisme  a souffert d’une grande faiblesse dans son rapport avec les révolutions arabes et qui va sceller son sort dans la suite des révolutions et des transitions arabes : à savoir que les révolutions arabes étaient populaires et spontanées, elles n’étaient pas conduites par un parti politique donné qui adopte le libéralisme en tant que doctrine politique : il en est résulté que les slogans ont été vite détournés ou oubliés notamment à cause de la montée de courants politiques qui étaient contraires aux idéaux de libertés et à l’idéal du libéralisme et de la démocratie (nous parlons évidemment des forces de l’islam politique qui étaient en grande partie hostile à la démocratie).

2- L’absence de véritable enracinement libéral des révolutions arabes

Il serait exagéré de dire que les slogans d’inspiration libérale des révolutions arabes dénotent un enracinement de l’idéologie libérale dans les sociétés. Les révolutions arabes sont de l’avis des observateurs des révolutions spontanées déclenchées par le sentiment de marginalisation, d’oppression chez les classes défavorisées et non pas le résultat d’une longue lutte de courants de pensées ou de partis ayant adopté le libéralisme. La scène politique dans les pays arabes d’avant les révolutions était tout au contraire accaparée, d’une part, par des partis mafieux au pouvoir, et, d’autre part, des partis de gauche qui ne partagent pas les idéaux du libéralisme dans l’opposition. Les partis ou mouvements islamistes étaient dans la clandestinité et il est évident qu’ils ne prônaient pas les libertés individuelles et les droits de l’homme (même si parfois ils tiennent un discours ambivalent).

Donc, les manifestants ont repris certains slogans relayés par les défenseurs des droits de l’homme, les médias étrangers et certaines personnalités nationales : on n’a vu aucun parti d’obédience libérale conduire l’une des révolutions arabes.

Certains pensent que le problème du libéralisme dans le monde arabe est qu’il n’a pas pu encore effacer le poids de l’histoire, de la culture et des croyances anti-libérales qui se sont formées et enracinées pendant des siècles. C’est pour cela qu’on peut scander des slogans sans toutefois changer en profondeur nos manières de penser et de concevoir la politique et le pouvoir.

Ceci va influencer le cours des transitions et des révolutions : à part le cas tunisien et relativement le cas marocain (deux pays où il y a eu une ouverture démocratique), tous les autres pays se sont détournés des slogans de la révolution : ni paix, ni démocratie, ni libertés, ni droits de l’homme.

On peut même dire que les slogans de liberté et de démocratie qui ont été portés par des franges de la population qui ne partageaient pas ces idéaux ont servi juste de prétexte pour arriver au pouvoir. On a vu, après, surtout en Egypte que les partis de l’islam politique ont tout fait pour limiter les libertés et accaparer les pouvoirs (cas du président Mohamed Morsi qui a pris un décret qui lui permet de prendre des décisions sans aucun contrôle ni du Parlement ni de la Cour constitutionnelle).

La montée rapide de certaines forces politiques dont les idées sont le contraire de l’idéal de liberté et de démocratie prouve que l’inspiration libérale des révolutions arabes était soit formelle soit extrêmement faible.  Dans ces conditions, la consécration du libéralisme après les révolutions ne peut être qu’une façade, un discours sauf quelques exceptions (Tunisie et relativement le Maroc).C’est l’objet de notre deuxième partie.

 

II- Les révolutions arabes et la consécration du libéralisme (Dans quelle mesure le libéralisme a été consacré par les révolutions arabes)

Dans le contexte international actuel, les droits de l’homme et surtout les libertés individuelles, valeurs centrales du libéralisme, sont devenus une sorte de standard que tous les Etats sont tenus de respecter (du moins politiquement et moralement). Il est donc normal que des révolutions qui viennent mettre à terre des régimes autoritaires proclament ces valeurs libérales et leurs accordent une place de choix dans les textes constitutionnels adoptés après ces révolutions mais aussi dans la pratique. Or, on constate que si dans le cas de la Tunisie la constitution consacre bel et bien les valeurs libérales et que la situation des libertés et des droits fondamentaux s’est nettement améliorée (1) dans les autres pays arabes qui ont connu des révolutions, le libéralisme a encore un très long chemin à faire (2)

1- La Tunisie : Une avancée vers le libéralisme

La Tunisie est le seul pays arabe qui a vraiment réussi sa transition démocratique (Révolution, élection d’une assemblée constituante, nouvelle constitution, élections législatives et présidentielles, alternance au pouvoir : le tout dans une paix relative).

Malgré les tentatives de certaines forces politiques de pousser vers un Etat religieux qui n’allait pas respecter les libertés individuelles et les standards internationaux en la matière, on a fini par trouver un consensus qui permettait de consacrer un Etat civil qui est une première garantie pour les libertés.

La nouvelle constitution de 2014 met l’accent sur les libertés individuelles et les principes de séparation des pouvoirs qui sont un moyen de limiter le pouvoir des gouvernants :

Dès le préambule, on peut lire que : « Posant les fondements d’un régime républicain démocratique et participatif, dans le cadre d’un Etat civil où la souveraineté du peuple s’exerce, à travers l’alternance pacifique au pouvoir, par des élections libres ; un régime fondé sur le principe de séparation des pouvoirs et sur leur équilibre, où la liberté d’association, conformément aux principes de pluralisme, de neutralité de l’administration et de bonne gouvernance, est la condition de la compétition politique, où l’Etat garantit la suprématie de la loi, les libertés et les droits de l’homme et l’indépendance de la justice ».

Dans le § 2 de l’article 21 on peut lire que « L’Etat garantit aux citoyens et aux citoyennes les libertés et les droits individuels et collectifs ». D’autres articles consacrent les libertés d’opinion, d’expression, de pensée et les libertés politiques (articles 31et 35).

Par ailleurs, la constitution entoure de conditions très strictes les limites que l’Etat peut exceptionnellement apporter aux droits constitutionnels (voir article 49).

La constitution crée une Cour constitutionnelle chargée de veiller à la constitutionalité des lois afin de ne pas empiéter sur les droits et libertés

Sur le plan de la pratique, les ONG des droits de l’homme admettent que malgré la subsistance de certaines pratiques de violations des droits de l’homme, la situation de ces derniers s’est nettement améliorée depuis la révolution et surtout l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution.

Il reste que la culture politique des élites et des citoyens n’est pas, dans plusieurs cas, imprégnée des valeurs libérales. Cependant, la Tunisie est au début du chemin et on peut espérer qu’elle continuera d’avancer lentement mais sûrement sur le chemin de la consécration effective des libertés et de l’Etat de droit.

2- Le long chemin vers le libéralisme dans les autres pays arabes

Exceptée la Tunisie, les autres pays arabes qui ont connu des révolutions (on ne parle pas du Maroc où il n’y a pas eu de révolution mais un changement dans la continuité) ont connu d’énormes problèmes et une grande instabilité (Libye, Egypte, Yémen et Syrie).

Seule l’Egypte s’est dotée d’une constitution (celle adoptée sous le général Al Sissi après celle adoptée sous Morsi qui était une constitution trop imprégnée par la doctrine des frères musulmans). Même si la constitution égyptienne consacre les principes de séparation des pouvoirs et les droits de l’homme, la situation des droits de l’homme dans ce pays est catastrophique.

La situation est encore pire dans les autres pays (Libye, Yémen et Syrie) où les guerres civiles ont mené jusqu’à la disparition de l’Etat ou son extrême affaiblissement.

Dans les conditions de guerre, d’insécurité et d’instabilité on ne peut plus parler de constitution, de démocratie et de libertés : le plus urgent devient de restaurer la paix, mais c’est une mission extrêmement difficile dans ces pays. Ces pays sont donc loin de consacrer le libéralisme aussi bien dans les constitutions (puisqu’ils ne parviennent pas à élaborer une constitution qui puisse faire l’objet d’un consensus) que dans la pratique.

La situation est vraiment chaotique et ce n’est pas uniquement le libéralisme qui a échoué mais les droits élémentaires de l’homme qui ont été bafoués et violés.

Ce qui est le plus à craindre c’est que les années de guerre, de violence et de violations des droits de l’homme ne laissent des traces indélébiles dans la conscience et la culture politique des gens : le problème dans ce cas n’est plus un problème de consécration des valeurs libérales et démocratiques dans les textes constitutionnels ou juridiques de manière générale mais d’adhésion des citoyens et des classes politiques à ces valeurs.

On remarque aujourd’hui que le libéralisme dans la plupart des pays arabes est limité au niveau du discours même des régimes qui violent de manière systématique les droits de l’homme. Le monde arabe et la culture politique arabe restent dominés par le poids du passé autoritaire et anti-démocratique. En un mot, contrairement à l’Occident, le libéralisme n’a pas été intériorisé dans les consciences collectives et individuelles dans le monde arabe. Il en résulte une multiplication des institutions démocratiques formelles et des libertés formelles (textes) sans imprégner véritablement la culture des gens et leur conscience politique.

Donc, On peut consacrer toutes les valeurs libérales dans les constitutions mais si les gens ne comprennent pas et n’adhérent pas à ces valeurs et principes ils resteront simplement un vœu pieux.